mardi 23 juin 2015

Attention à l'organisation dite "LES DÉSOBÉISSANTS" (xavier renou) au service des industriels et de la police

Les "désobéissants" et leur chef suprême
xavier renou sont au service de la police



Il est nécessaire d'informer largement les citoyens, en particulier les collectifs, associations et syndicats, sur les dangers causés par la sulfureuse organisation appelée "LES DÉSOBÉISSANTS", fort mal nommée d'ailleurs puisque ses adeptes obéissent aveuglément à un chef suprême, le dénommé xavier renou, véritable gourou malfaisant et plausible policier infiltré dans les mouvements militants afin de les déstabiliser.

Extrêmement habile, le "chef des désobéissants" a réussi à plomber successivement les finances de Greenpeace, dont il a alors été licencié, puis du Réseau Sortir du nucléaire dont il a été évincé après diverses malversations (cf http://reseau.democratie.free.fr/JM-BROM-accuse-RENOU.pdf )

D'autre part, il a été montré comment ce prétendu "désobéissant" n'hésite pas à demander à ses adeptes de s'approcher des forces de l'ordre pour que TF1 puisse faire de belles images d'émeutes sur fond de gaz lacrymogènes (cf article de CQFD, http://reseau.democratie.free.fr/au-signal-desobeissez.jpg )

Toujours occupé à nuire, ce triste personnage a  activement participé au putsch du Réseau Sortir du nucléaire pour lequel il a recruté des administrateurs de paille (cf http://reseau.democratie.free.fr/renou-putsch-2010.pdf ). C'est ainsi que des gens jamais vus auparavant sont subitement devenus administrateurs du Réseau Sortir du nucléaire, deux d'entre eux (rémi filliau et sophie morel) étant d'ailleurs actuellement encore en place bien que mis enfin en minorité lors de l'AG de février 2015.

Au final, partout ou passent les prétendus "désobéissants" et leur chef vénéré, les luttes sont affaiblies et les grands gagnants sont les pollueurs et la police. Il est d'ailleurs assez plausible, voire probable, que le dénommé xavier renou soit lui même un policier infiltré sur le même modèle que le fameux Mark Kennedy (http://www.20minutes.fr/planete/651718-20110112-planete-mark-kennedy-espion-devenu-ecolo-embarrasse-police-britannique ), à la différence notable que ce dernier serait devenu vraiment écologiste...

Notons enfin que le "chef des désobéissant", n'hésitant pas à marchandiser la lutte contre la marchandisation,  a ouvert sur le web une boutique dite "militante" par laquelle il prétend que vous pouvez "aider les luttes" alors que, bouton paypal et transactions "sécurisées" à l'appui, vous financez son train de vie, ses nombreux voyages et ses activités nuisibles...



Stéphane Lhomme
Evincé du Réseau Sortir du nucléaire lors du putsch de 2010
Réhabilité (licenciement annulé) en 2015

samedi 23 mai 2015

Réseau Sortir du nucléaire : après 5 ans de crise, les évictions de 2010 annulées par la Cour d'appel de Lyon


Samedi 23 mai 2015

Stéphane Lhomme
Administrateur du Réseau Sortir du nucléaire de 2000 à 2002

Salarié du Réseau Sortir du nucléaire de 2002 à 2010
Actuellement Directeur de l'Observatoire du nucléaire



Jeudi 21 mai 2015, devant la Cour d'appel de Lyon, l'éviction du Conseil d'administration du Réseau Sortir du nucléaire, qui a eu lieu en février 2010, a officiellement été déclarée nulle. Simultanément, mon licenciement en avril 2010 a fait l'objet d'un accord le déclarant lui aussi nul et permettant de clore la procédure en cours devant les Prud'hommes. Il s'agit donc de la fin de cinq ans de crise qui ont durablement affaibli le mouvement antinucléaire français, ce qui était d'ailleurs probablement le but de toute cette affaire.


Pour mémoire, lors de son assemblée générale annuelle de février 2010, le Réseau Sortir du nucléaire a été l'objet d'un véritable putsch fomenté par le directeur : s'appuyant sur une fausse grève des salariés travaillant sous sa surveillance au siège de l'association, agitant la menace de la disparition du Réseau en cas de non respect des exigences des "grévistes", il avait contraint l'Assemblée générale à démettre l'ensemble des administrateurs pour les remplacer par d'autres recrutés par lui, dont certains jamais vus dans l'association. Peu de temps après, il me faisait licencier par ces nouveaux administrateurs.


Rapidement, l'engagement militant du Réseau Sortir du nucléaire a été édulcoré : la lutte pour faire fermer au plus vite les réacteurs nucléaire a laissé place à des revendications floues et, surtout, compatibles avec les compromis des notables de l'écologie politique, en quête de strapontins ministériels ou parlementaires.


Pendant 5 ans, des démarches opiniâtres ont été menées pour tenter de rétablir la démocratie dans le Réseau Sortir du nucléaire. Chaque année, des motions demandant l'annulation des évictions de 2010 étaient présentées, mais arbitrairement décrétées "irrecevables". Aussi, en 2012, constatant la persistance de ce blocage arbitraire, trois des administrateurs évincés se sont portés volontaires pour entamer une action en justice civile, pendant que je saisissais simultanément les Prud'hommes.


En 2014, une trentaine de groupes adhérents, parmi les plus actifs sur le terrain, ont initié une démarche démocratique pour condamner le putsch de 2010 et relancer un véritable engagement antinucléaire. Après plusieurs mois de travail collaboratif, cette démarche exemplaire a porté ses fruits lors de l'Assemblée générale de février 2015 avec l'élection de 6 administrateurs (sur 9) porteurs de cette démarche et l'adoption, à plus de 75% de voix, des motions démocratiques proposées.


C'est ainsi que cette triste affaire a pu trouver enfin une issue digne et démocratique ce jeudi 21 mai 2015 devant la Cour d'appel de Lyon. Les textes reconnaissent et dénoncent les agissements de 2010 :



Concernant les anciens administrateurs : "La révocation du Conseil d’Administration du Réseau Sortir du nucléaire lors de l'Assemblée Générale de février 2010 a été basée sur des accusations créées pour la circonstance pendant laquelle ont été utilisées des méthodes (tractations et manoeuvres en coulisse) qui n'étaient ni justifiées, ni acceptables."



Concernant Stéphane Lhomme : "Ce licenciement abusif a été basé sur des accusations créées pour la circonstance et mis en oeuvre suite à l'assemblée générale du Réseau Sortir du nucléaire de février 2010 avant et pendant laquelle ont été utilisées des méthodes (tractations et manoeuvres en coulisse) qui n'étaient ni justifiées, ni acceptables."


Les trois anciens administrateurs se voient attribuer chacun 1500 euros de préjudice (reversés à une caisse de solidarité pour les associations attaquées) et 1500 euros de remboursement des frais de procédure. Pour ma part, outre les indemnités légales (environ 10 000 euros) et le remboursement des frais engagés, je recevrai 37.460 € au titre des "dommages et intérêts".


Cette somme peut sembler importante de prime abord, mais en réalité elle couvre à peine la moitié de ce que j'ai perdu depuis 5 ans (en totalisant les salaires que j'aurais perçus si je n'avais pas été licencié, moins les allocations assedics puis les smics que j'ai perçus). Et je ne suis évidemment pas dédommagé pour ce que je vais perdre à l'avenir, selon le même mode de calcul, ni pour le précarité de ma situation (ces précisions non pour faire pleurer sur mon sort mais parce que de "bonnes âmes" essaient de faire croire que je serais "gagnant" dans cette affaire, ce qui est risible quand on pense à tout ce qu'il a fallu subir pendant 5 ans).


De toute façon, vous le savez, l'argent n'a jamais été ma motivation. J'ai d'ailleurs accepté un étalement des versements jusqu'au premier semestre 2016 afin de ne pas pénaliser le fonctionnement du Réseau Sortir du nucléaire, ou plutôt pour ne pas mettre en difficulté la nouvelle majorité : elle est toujours confrontée à trois administrateurs putschistes et à plusieurs salariés faux-grévistes en 2010, dont le fameux "directateur", toujours en place et occupé à manoeuvrer en coulisse au lieu d'agir contre le nucléaire.


Il est bien difficile de savoir si le Réseau Sortir du nucléaire pourra être remis sur les bons rails mais, dans l'immédiat, il est bien légitime de se réjouir de la bonne nouvelle si longtemps attendue : la nullité officielle et définitive de l'éviction des administrateurs et de mon licenciement survenus en 2010.


Je remercie toutes les personnes qui ont fait part de leur soutien moral, celles qui ont aidé financièrement pour les procédures, et celles qui aident aujourd'hui au financement de l'Observatoire du nucléaire. Ce dernier me permet de toucher un salaire, aussi modeste soit-il, pour combattre l'industrie nucléaire… avec une certaine efficacité comme l'a montré la récente victoire judiciaire contre Areva  (cf informations sur http://www.observatoire-du-nucleaire.org )



Merci encore à toutes et tous.

Stéphane

dimanche 5 avril 2015

Oui à la scission d'EELV, non à Placé… et non à Duflot !


Une véritable alternative sera collective et démocratique… ou ne sera pas


Il est question ces temps-ci d'une possible scission d'Europe écologie Les Verts (EELV), les "élites" de ce parti étant plus que jamais attirées par les quelques strapontins (lucratifs) que le PS peut encore leur offrir en échange de leur caution prétendument "écologiste".

Les citoyens qui espèrent une véritable alternative sociale et écologiste aux politiques similaires menées par le PS et l'UMP - alternative qui ne saurait évidement provenir du FN, parti xénophobe mené par une famille de millionnaires pronucléaires - n'ont que faire des ambitions personnelles des notables "écologistes" comme MM De Rugy ou Placé ou Mme Pompili. Ces gens ont pour seul objectif de mener de lucratives carrières politiciennes, et n'ont d'ailleurs de cesse de "se désolidariser" des acteurs du mouvement social et autre zadistes, prenant de fait partie pour les forces de répression sociale et de destruction de la nature.

Il est grand temps de bâtir une force alternative, sociale et écologiste, agissant pour le partage des richesses, la défense de l'intérêt général, la protection réelle de l'environnement, l'arrêt rapide du nucléaire, etc. Cette force doit être en rupture avec le PS et ses supplétifs (y compris le PCF, parti pronucléaire, productiviste, et conservateur) qui occupent depuis trop longtemps un espace politique dont ils sont indignes.

Il va de soi que cette alternative doit être organisée collectivement et ne saurait être menée par l'aventurière Mme Duflot : après avoir manoeuvré et intrigué auprès du pouvoir socialiste pour pouvoir ajouter "Madame la Ministre" sur son CV, cette dernière est subitement devenue la plus radicale des activistes. Jusqu'à son prochain revirement tactique.

De même, malgré ses incontestables talents de tribun, M. Mélenchon ne saurait incarner une réelle alternative à un système auquel il a participé depuis 30 ans. 

En réalité, cette dynamique ne doit pas être menée par telle ou telle personnalité : elle doit être collective et démocratique, et dépasser les organisations existantes (Verts, Parti de Gauche, NPA, etc).

Pour finir, l'auteur du présent texte précise qu'il n'est lui-même candidat à rien : les espoirs d'alternative ont trop souffert de gens proposant d'excellentes idées… avant d'ajouter "Ça tombe bien, je suis justement disponible pour mener cette dynamique"…


Stéphane Lhomme

samedi 10 janvier 2015

Charlie-Hebdo : réponse à l'éditorial guerrier et absurde de Sud-Ouest


Au courrier des lecteurs de Sud-Ouest (qui s'est bien gardé de publier cette réponse)

Je tiens par le présent texte à contester fermement certains passages, et de fait la tonalité générale, de l'éditorial de Sud-Ouest publié le 8 janvier, au lendemain du massacre de la rédaction de Charlie-Hebdo.

Est-il besoin de le préciser, nul n'a "le monopole du coeur" et je suis aussi ému et révolté que quiconque par ces assassinats aussi absurdes qu'horribles et injustifiables.

Pour autant, je ne saurais souscrire - euphémisme - à l'injonction "Que chacun choisisse son camp". Certes, il est précisé qu'il s'agit de choisir la liberté plutôt que la haine, la paix plutôt que le meurtre, la démocratie plutôt que la tyrannie.

Or, il est évident que ce choix est tranché d'office, sans avoir à répondre à une injonction, par la quasi-totalité des gens : seuls quelques malades ou fous furieux peuvent préférer la haine, le meurtre et la tyrannie. 

Aussi, lancer cette injonction à "chacun", c'est-à-dire à tout le monde, est une façon d'enrôler les citoyens dans une curieuse croisade qui est révélée par la sidérante conclusion de l'édito : "L'heure est venue pour la République de montrer ses muscles."

Mais les "muscles" de la République sont de longue date nombreux et visibles : le GIGN, le RAID, les GIPN, les CRS et les gendarmes mobiles, l'armée, les armes (des plus conventionnelles jusqu'aux bombes nucléaires). Et elle s'en sert aussi souvent que nécessaire, parfois même au-delà, comme récemment à Sivens (mort absurde et injuste du jeune Rémi Fraisse).

De tout temps, probablement déjà à l'âge des cavernes, des gens ont essayé de prendre le pouvoir sur leurs proches, leurs voisins, leurs contemporains. De tout temps il a fallu s'organiser pour se protéger. Et de tout temps, cette recherche de sécurité a aussi empiété sur les libertés et a causé des "dérapages".

Aussi, l'heure n'est pas venue de "montrer ses muscles". Non, l'heure est d'agir à la fois pour :

- mettre hors d'état de nuire ceux qui ont assassiné et ceux qui voudraient les imiter ;

- rappeler que seuls les assassins, leurs commanditaires et leurs inspirateurs sont coupables, et non des gens qui n'y sont pour rien (en l'occurrence "les Musulmans") ;


Certes, l'édito ajoute qu'il ne faut pas "céder aux surenchères et aux provocations" mais, précisément, la tonalité globale de ce texte va dans le sens inverse et conforte hélas ceux qui voudront y trouver un appel à la défiance.

Stéphane Lhomme

samedi 11 octobre 2014

Loi de transition énergétique : aussi creuse, inutile et pronucléaire que le Grenelle de l'environnement !


La satisfaction béate des parlementaires "écologistes" est affligeante


Les mesures adoptées dans le cadre de la Loi dite de "Transition énergétique", particulièrement celles qui concernent l'énergie, relèvent de simples promesses qui n'ont aucune chance de se concrétiser puisque rien n'est mis en œuvre pour qu'elles se réalisent. De fait, il est fort probable qu'elles soient rayées d'un trait par la majorité qui sera issues des élections de 2017.

Ce sera d'ailleurs probablement le cas même si M Hollande est réélu : il n'est pas difficile pour un politicien professionnel d'expliquer le moment venu que le contexte a changé entre temps et que les mesures décidées en 2014 ne sont plus pertinentes 3 ans plus tard. On se demande d'ailleurs bien pourquoi M Hollande mettrait ces mesures en chantier en 2017 alors qu'il ne le fait pas en 2014.

En effet, la caractéristique principale de la Loi dite de "Transition énergique" est de reporter à plus tard la mise en œuvre des mesures annoncées. C'est précisément le cas de la prétendue "diminution de la part du nucléaire dans la productions française d'électricité", qui ne sera pas même commencée entre 2014 et 2017. 

La seule hypothèse, d'ailleurs très improbable, de voir des réacteurs nucléaires être fermés est seulement de compenser l'éventuelle mise en service de l'EPR de Flamanville : en aucun cas il n'est prévu de diminuer la production d'électricité nucléaire.

Il est donc parfaitement dérisoire de voir des parlementaires du parti EELV, à commencer par M. Placé, se féliciter de l'adoption de cette loi anti-écologique, et chanter les louanges de Mme Royal alors qu'elle est avant tout la grande prêtresse de la voiture électrique rechargée par de l'électricité nucléaire
Dans leur grande majorité, les parlementaires d'EELV servent d'écran de fumée et de cautions "écologistes" à une loi scélérate qui, finalement, renforce la mainmise de l'industrie nucléaire sur la société française.


La "Transition énergétique" de M. Hollande est d'ores et déjà assurée d'être aussi creuse et inutile que le "Grenelle de l'environnement" de M. Sarkozy.

jeudi 6 février 2014

COMMENT LES "ELITES" D'EELV FONT HONTE A TOUS LES ÉCOLOGISTES

Quatre exemples édifiants :


1) EELV a récupéré sans état d'âme un eurodéputé élu sur la liste PS, placé là par le gangster Guérini (cf http://bit.ly/1fEkA0e ). Karim Zéribi n'a jamais été écologiste, il est pronucléaire, son coeur balance entre Guérini et Gaudin (cf http://bit.ly/1j53oVI ), et pourtant les magouilleurs d'EELV lui ont trouvé une place toute chaude à la place des vrais militants EELV (dont j’imagine la colère)


2) Un député EELV vient de faire un tour de France en voiture électrique, pour la promotion de Renault, du nucléaire, des industriels qui veulent toucher des millions d'argent public pour installer des bornes de recharge. Cf http://bit.ly/1fAtwVf ; Ce type est il un salaud, un corrompu, un crétin, ou les trois ?


3) le ministre EELV Pascal Canfin a pris fait et cause pour AREVA contre l'Observatoire du nucléaire
Cf http://observ.nucleaire.free.fr/accueil-proces-areva.htm


4) Enfin, je rappelle que DUFLOT est devenue ministre en remportant haut la main le congrès EELV de 2011, en jurant devant 800 congressistes "Jamais je ne signerai avec le PS un accord qui ne comprend pas la sortie du nucléaire et l'annulation de NDDL". Quelques jours plus tard, elle signait un accord ne comprenant évidemment pas ces deux points.


En se comportant ainsi, LES DIRIGEANTS D'EELV FONT HONTE A TOUS LES ÉCOLOGISTES

samedi 28 décembre 2013

Valls et Dieudonné, amis pour la vie

Manuel Valls, le meilleur Sarkozy en activité (en attendant un éventuel retour du vrai), a décidé de passer à la vitesse supérieure. 

Bien que déjà très populaire en désignant comme bouc-émissaires les plus défavorisés (étrangers, Roms, jeunes, etc), cet ignoble personnage en veut encore plus.

Alors il fait appel au meilleur agent de communication, le fameux Dieudonné, en menaçant de faire interdire les spectacles de l'humoriste provocateur. 

L'un comme l'autre en sortent grands gagnants : cette "attaque" de Valls est en effet aussi un merveilleux cadeau de Noël pour Dieudonné qui bénéficie gratuitement d'une campagne publicitaire inouïe : la Une de quasiment tous les médias.

Contrairement à ce qu'ils font semblant de croire, Valls et Dieudonné sont les meilleurs alliés. Attention, il n'y a là aucune "théorie du complot", ces deux énergumènes se comprennent parfaitement sans avoir besoin de la moindre rencontre "secrète" ou de "contacts discrets entre leurs entourages".

Dieudonné était déjà fort utile pour des organisations comme la Licra ou des arrivistes comme l'avocat pro-israélien Goldanel, tout heureux de pouvoir hurler à l'antisémitisme (que ce soit justifié ou non, peu leur importe).

De toute évidence, Valls a décidé de ne plus leur laisser le monopole du "publicitaire" Dieudonné, d'autant que les services de ce dernier sont gratuits. Ou, plus exactement, il se rembourse au centuple grâce à ses "adversaires".

Valls et Dieudonné, amis pour la vie.